Test film
X


X
X


Zombie (vo) (VO)
X


Film américain de 1983 de George A. Romero avec David Emge, Ken Foree, Scott H. Reinige
Durée : 1h55
Interdit aux moins de 16 ans


Synopsis :
Des morts-vivants assoiffés de sang ont envahi la Terre et se nourrissent de ses habitants. Un groupe de survivants se réfugie dans un centre-commercial abandonné. Alors que la vie s'organise à l'intérieur, la situation empire à l'extérieur...


Critiques :
Romero sait à merveille créer la panique par le détournement des lieux [mais il] est évidemment limité, dénué de prolongement.
Positif


Sátántangó (vo) partie 1 (VO)
X


Film hongrois de Béla Tarr
durée : 2h17


Synopsis :
Dans un village perdu au coeur de la plaine hongroise, les habitants luttent quotidiennement contre le vent et l’incessante pluie d’automne. Dans la ferme collective démantelée et livrée à l’abandon, les complots vont bon train lorsqu’une rumeur annonce le retour de deux hommes passés pour morts. Bouleversés par cette nouvelle, certains habitants y voient l’arrivée d’un messie, d’autres celle de Satan…


Critiques :
L'idée de faire un film à partir du roman Sátantángó de László Krasznahorkai naît en 1985, lorsque Béla Tarr « tombe amoureux » de ce livre. Il contacte l'auteur et ils deviennent amis. Mais après Almanach d'automne, plus personne ne souhaite investir dans un film de Béla Tarr. Le film est achevé finalement 9 ans plus tard. Le Tango de Satan nécessite plus de deux ans de tournage et presque autant de montage.

The King Of Staten Island (vo) (VO)
X


Film américain de Judd Apatow avec Pete Davidson, Marisa Tomei, Bill Burr
Durée : 2h 17


Synopsis :
Il semblerait que le développement de Scott ait largement été freiné depuis le décès de son père pompier, quand il avait 7 ans. Il en a aujourd’hui 24 et entretient le doux rêve d’ouvrir un restaurant/salon de tatouage. Alors que sa jeune soeur Claire, sociable et bonne élève, part étudier à l’université, Scott vit toujours au crochet de sa mère infirmière, Margie, et passe le plus clair de son temps à fumer de l’herbe, à traîner avec ses potes Oscar, Igor et Richie et à coucher en cachette avec son amie d’enfance Kelsey. Mais quand, après 17 ans de veuvage, sa mère commence à fréquenter Ray, lui aussi pompier, Scott va voir sa vie chamboulée et ses angoisses exacerbées. L’adolescent attardé qu’il est resté va enfin devoir faire face à ses responsabilités et au deuil de son père.


Critiques :
Ce récit intime et douloureux, de perte, de chagrin et de deuil, se transfigure en comédie de fantômes, hantée par les spectres du 11-Septembre, par son père Scott Davidson et les milliers de victimes des attentats, auxquelles on songe, dans cet étrange rire de cendres qui nous secoue.
Dernières Nouvelles d'Alsace

Judd Apatow signe la comédie la plus désarmante et épatante de l’année (...).
Le Dauphiné Libéré

Un récit initiatique qui rappelle que Judd Apatow reste le patron de la comédie US.
Ouest France


L’auteur de «40 ans, toujours puceau» qui excelle dans la comédie américaine, signe son grand retour avec cette histoire fortement inspirée de la vie de son acteur principal, Pete Davidson, révélé dans «Saturday Night Live».
CNews

Cinq ans après le ratage de Crazy Amy, qui confirmait la baisse de régime accusée par son cinéma depuis son entrée dans l’âge adulte, Judd Apatow renoue avec l'inspiration juvénile de ses débuts.
Critikat.com

On aime les dialogues crus, les situations à la fois drôles et tristes et surtout l'énergie à revendre de Pete Davidson, irrésistible avec sa bouche à la Mick Jagger.
Elle

Chronique aigre-douce de la vie d’un adulescent (touchant Pete Davidson) mal dans sa peau et dans sa tête, la dernière comédie de Judd Apatow aborde avec sensibilité le travail de deuil et le passage à l’âge adulte.
La Croix

Comme dans ses plus belles réussites, de « Freaks and Geeks » à « En cloque, mode d’emploi », Apatow nous donne le sentiment de côtoyer intimement ses personnages d’inadaptés, à peine plus névrosés que nous, mais bien plus drôles.
Le Nouvel Observateur


Felicità
X


Film français de Bruno Merle avec Pio Marmai, Rita Merle, Camille Rutherford
Durée : 1h22


Synopsis :
Pour Tim et Chloé, le bonheur c'est au jour le jour et sans attache.
Mais demain l'été s'achève. Leur fille, Tommy, rentre au collège et cette année, c'est promis, elle ne manquera pas ce grand rendez vous.
C'était avant que Chloé disparaisse, que Tim vole une voiture et qu'un cosmonaute débarque dans l'histoire.


Critiques :
Ce conte lumineux est emballé par Pio Marmai, irrésistible en homme enfant irresponsable.
Télérama

Une réflexion enjouée et malicieuse sur la quête du bonheur.
aVoir-aLire.com

Ce n’est pas un immense film mais à l’aube de l’été, les familles y trouveront un plaisir certain.
Le Journal du Dimanche

Mieux vaut se laisser porter par ce récit un brin chaotique mais aussi solaire que sympathique, à rebrousse-poil de la majorité des comédies faciles françaises.

The Climb (vo) (VO)
X


Film américain de Michael Angelo Covino avec Kyle Marvin, Michael Angelo Covino, Gayle Rankin
Durée : 1h38


Synopsis :
Kyle et Mike sont deux meilleurs amis aux tempéraments très différents mais dont l’amitié a toujours résisté aux épreuves de la vie. Jusqu’au jour où Mike couche avec la fiancée de Kyle…
Alors que l’amitié qui les lie aurait dû être irrémédiablement rompue, un événement dramatique va les réunir à nouveau.


Critiques :
La construction du récit est sectionnée en chapitres, tranchés par des ellipses. Ainsi, on peut suivre l’évolution de la relation entre Kyle et Mike sur une quinzaine d’années. Les hauts et les bas de cette bromance – le terme a rarement été aussi approprié–, offrent au public une peinture d’une amitié, qu’elle soit toxique ou salutaire, dans laquelle chacun pourra se reconnaître. Cette universalité rend inévitablement l’humour plus touchant encore, et en particulier auprès des hommes qui se retrouveront personnellement dans la façon toujours délicate de combiner une amitié envahissante et une relation amoureuse. Et quand bien même cette situation ne fait pas écho à votre propre intimité, The Climb n’en reste pas moins une œuvre remarquable, du fait de sa mise en scène fluide, qui offre à chacun des 8 chapitres un long plan-séquence. Dès lors, même si les travers, parfois rocambolesques, de cette amitié fragile ne vous parlent pas, il est impossible de ne pas être ébloui par la façon dont les scènes parviennent à s’étirer sur de longues minutes. C’est très certainement cette qualité formelle qui a permis à The Climb de se détacher du lot des nombreuses comédies tragi-comiques américaines, pour venir trouver sa place à Cannes. A ce titre, le film mérite d’être vu.

Une histoire d’amitié, avec ses hauts et ses bas, mais surtout la révélation d’un cinéaste, qui brille autant par la finesse de son écriture que par le soin qu’il apporte à sa mise en scène, et aussi grâce à la prestation des acteurs. On tient peut-être le nouveau Woody Allen.
avoir-alire.com

Terrible Jungle
X


Film français de Hugo Benamozig, David Caviglioli avec Vincent Dedienne, Catherine Deneuve, Alice Belaïdi
Durée :


Synopsis :
Eliott, jeune chercheur naïf, part étudier les Otopis, un peuple mystérieux d’Amazonie. C’est aussi l’occasion pour lui de s’éloigner de l’emprise de sa mère, la possessive Chantal de Bellabre. Mais celle-ci, inquiète pour lui, décide de partir à sa recherche en s’aventurant dans l’étrange forêt amazonienne .


Critiques :
Faux film d’aventure, la comédie dérape constamment vers l’absurde, le bizarre, le cynisme, pour dézinguer avec un humour fou l’éternel et terrible mythe du « bon sauvage » et les récits d’exploration émerveillée qui vont avec. Tantôt grinçant jusqu’au malaise, tantôt joyeusement burlesque, le film pousse tous les curseurs à fond et offre à Vincent Dedienne, épatant et inquiétant, un premier rôle à sa démesure. En face, la reine Deneuve s’amuse et forme avec Dedienne et le génial Jonathan Cohen (dans un grand numéro de teubé de compet’) le trio réjouissant d’une comédie dingo qui ne ressemble à aucune autre.

Light of my Life (vo) (VO)
X


Film américain de Casey Affleck avec Casey Affleck, Anna Pniowsky, Elisabeth Moss
Durée : 1h59


Synopsis :
Dans un futur proche où la population féminine a été éradiquée, un père tâche de protéger Rag, sa fille unique, miraculeusement épargnée. Dans ce monde brutal dominé par les instincts primaires, la survie passe par une stricte discipline, faite de fuite permanente et de subterfuges. Mais il le sait, son plus grand défi est ailleurs: alors que tout s'effondre, comment maintenir l'illusion d'un quotidien insouciant et préserver la complicité fusionnelle avec sa fille ?


Critiques :
Une ambiance envoûtante développée par un montage et une mise en scène qui prend son temps (mais qui sait insuffler du rythme lorsqu’il en faut), une direction artistique aussi minutieuse que considérable, une bande originale douce et aux moments de stress prononcés grâce à l’usage harmonieux d’instruments à cordes (affiliation logique au récent travail du compositeur français Olivier Derivière pour le projet A Plague Tale : Innocence de chez Asobo Studio, mais le violoncelle en moins) et des interprétations touchantes et attachantes. Du haut de ses onze ans au moment du tournage, la jeune Canadienne Anna Pniowsky développe au fil de l’avancée du film, un jeu tout en douceur. Mélancolique, triste, mais également mentalement forte à l’image de son père. Une très belle prestation qui complète celle d’un Casey Affleck qui ne s’approprie pas toute la lumière. Par sa mise en scène, il crée et développe une affiliation et complicité tendre entre les deux personnages. Deux beaux personnages que l’on aime voir, découvrir et évoluer au fur et à mesure de leur périple.

La haine
X


Film français de Mathieu Kassovitz avec Vincent Cassel, Hubert Koundé, Saïd Taghmaoui
Durée : 1h35
Interdit aux moins de 12 ans


Synopsis :
Abdel Ichah, seize ans est entre la vie et la mort, passé à tabac par un inspecteur de police lors d'un interrogatoire.
Une émeute oppose les jeunes d'une cité HLM aux forces de l'ordre. Pour trois d'entre eux, ces heures vont marquer un tournant dans leur vie...


Critiques :
La Haine a pour lui la force et l’énergie de porter le fer dans la plaie et, plus encore, de donner la parole à des personnages qui ne l’avaient guère prise jusqu’à présent, de faire le film à partir d’eux, avec eux, et de leur point de vue à eux.
Les Cahiers du cinéma

(…) une belle subjectivité, redoublée d’un sens du cinéma qui range son auteur dans une tradition plutôt américaine –disons pour aller vite entre la densité physique, le sens du langage vernaculaire de Scorsese et le territoire suburbain, les arabesques
Les Inrockuptibles

Kassovitz exploite cette veine du cinéma « qui a quelque chose à dire », quelque chose de réel, de vécu. Son sujet, brûlant et actuel, il le filme caméra au poing, en noir et blanc, les images sont parfois troubles. Quant aux acteurs (…) on se demande où.
Positif

Vous qui entrez, laissez toute inconscience. Vous allez passer vingt-quatre heures survoltées avec un trio pluriethnique de copains d’une cité de banlieue.
Le Figaro,




Lands of Murders (vo) (VO)
X


Film allemand de Christian Alvart avec Trystan Pütter, Felix Kramer, Nora von Waldstätten
Durée : 2h09


Synopsis :
Dans une région reculée de l’Allemagne tout juste réunifiée, deux inspecteurs enquêtent sur la disparition inquiétante de deux adolescentes. L’un a des méthodes modernes d’investigation, tandis que l’autre n’hésite pas à user de pratiques moins orthodoxes. Leur recherche les met sur la piste d’une affaire de bien plus grande envergure. Au cœur d’un climat post-RDA sous tension, ils vont devoir mettre de côté leurs divergences pour faire avancer l’enquête.


Critiques :
Solide et bien écrit, « Lands of Murders » nous captive comme un vieux polar à l’ancienne.
Teaser

Le scénario repose certes sur une base éprouvée, s’inspirant du film d’Alberto Rodriguez LA ISLA MfNIMA (2014) tourné dans les marais du Guadalquivir, thriller sur l’Espagne post-franquiste. Il en assume même certains partis pris formels. LANDS OF MURDERS est cependant avant tout un film sur l’incertitude, et son écriture cherche et réussit à lui donner forme.
La Septième Obsession

Un thriller comme on les aime au cœur de l’été.
La Voix du Nord

Ce remake réussi de «La Isla minima» offre une plongée saisissante dans l’Allemagne tout juste réunifiée.
Le Figaro

Le scénario est suffisamment compliqué pour tenir le spectateur en haleine.
Le Monde


Blanche Neige, les souliers rouges et les sept nains
X


Film d'animation de Hong Sung-Ho
Durée : 1h29


Synopsis :
Des princes transformés en nains viennent à l’aide d’une princesse dont la beauté est cachée dans ses souliers. Ici, le conte de fées s’amuse de notre obsession du paraître. Mais comme dans tous les contes, c’est l’amour qui sauvera tous les personnages.


The perfect candidate (vo) (VO)
X


Film allemand, saoudien de Haifaa Al Mansour avec Mila Alzahrani, Nourah Al Awad, Khalid Abdulrhim
Durée : 1h45
Compétition officielle Mostra de Venise 2019


Synopsis :
Maryam est médecin dans la clinique d'une petite ville d'Arabie saoudite.
Alors qu'elle veut se rendre à Riyad pour candidater à un poste de chirurgien dans un grand hôpital, elle se voit refuser le droit de prendre l’avion.
Célibataire, il lui faut une autorisation à jour signée de son père, malheureusement absent.
Révoltée par cette interdiction de voyager, elle décide de se présenter aux élections municipales de sa ville.
Mais comment une femme peut-elle faire campagne dans ce pays ?


Critiques :
C’est à la Mostra de Venise en 2012 que la réalisatrice saoudienne Haifaa al Mansour a été révélée au monde avec son premier long-métrage, Wadjda, le premier film de l’Histoire à être entièrement produit en Arabie Saoudite.
The Perfect Candidate adopte un ton léger qui donne le sentiment qu’on est face à un film familial. Le film aborde des thèmes importants, mais toujours de manière illustrative plutôt que combative. Un des avantages de cette approche toute douce, c’est que la récente révocation des lois de tutelle par le gouvernement saoudien ne change pas le problème qu’expose ce film, conçu comme une observation des mécanismes du sexisme, et non comme une diatribe contre les inégalités de sexe.
Kaleem Aftab

Voir le jour
X


Film français de Marion Laine avec Sandrine Bonnaire, Brigitte Roüan, Aure Atika
Durée : 1h31


Synopsis :
Jeanne travaille comme auxiliaire dans une maternité de Marseille. Nuit et jour, Jeanne et ses collègues se battent pour défendre les mères et leurs bébés face au manque d’effectif et à la pression permanente de leur direction. Jeanne vit avec Zoé, sa fille de 18 ans, qu’elle élève seule. Lorsqu’un drame survient à la maternité et que Zoé part étudier à Paris, le passé secret de Jeanne resurgit soudain et la pousse à affirmer ses choix de vie.


Critiques :
Jeanne travaille comme auxiliaire dans une maternité de Marseille. Nuit et jour, Jeanne et ses collègues se battent pour défendre les mères et leurs bébés face au manque d’effectif et à la pression permanente de leur direction. Jeanne vit avec Zoé, sa fille de 18 ans, qu’elle élève seule. Lorsqu’un drame survient à la maternité et que Zoé part étudier à Paris, le passé secret de Jeanne resurgit soudain et la pousse à affirmer ses choix de vie. Voir le jour est adapté du roman Chambre 2 de Julie Bonnie, qui a été auxiliaire après avoir débuté comme chanteuse. La réalisatrice de A Coeur Ouvert nous offre une comédie dramatique portée par le joli duo Sandrine Bonnaire et Kenza Fortas.

Effacer l’historique
X


Film franco belge de Gustave Kervern, Benoît Delépine avec Blanche Gardin, Denis Podalydès, Corinne Masiero
Durée : 1h46
Ours d'Argent du 70e anniversaire


Synopsis :
Dans un lotissement en province, trois voisins sont en prise avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux.Il y a Marie, victime de chantage avec une sextape, Bertrand, dont la fille est harcelée au lycée, et Christine, chauffeur VTC dépitée de voir que les notes de ses clients refusent de décoller.Ensemble, ils décident de partir en guerre contre les géants d’internet. Une bataille foutue d'avance, quoique...


Critiques :
Au pétage de plomb numérique s’ajoute la crise sociale et morale, motif que le duo Delépine et Kervern sait si bien détourner en farces et attrapes. A l’image de leurs derniers films (I Feel Good, Saint Amour…), Effacer l’historique raconte le mal-être d’un pays et de ses habitants essorés par la précarité. Déroutés par l’injonction d’efficacité raccordée à la notation électronique, ils sont impuissants face aux enjeux contradictoires qui se bousculent dans leurs têtes.

Dans ce film délirant et un brin potache, les réalisateurs mettent en scène le dérèglement humain à l’ère du numérique.
Le Monde

Arizona Junior (vo) (VO)
X


Film américain de Joel Coen, Ethan Coen avec Nicolas Cage, Holly Hunter, Trey Wilson
Durée : 1h34


Synopsis :
Un couple composé d’un voleur naïf et inoffensif et d’une femme policier, qui ne peut avoir d’enfant, décide en désespoir de cause de kidnapper l’un des quintuplés d’un célèbre marchand de meubles. Mais loin de leur apporter la paix et le bonheur, ce rapt attire sur eux les calamités…


Critiques :
Filmé comme un dessin animé, Arizona Junior est une satire très enlevée. Mais, tout en étant mordants, les frères Coen laissent percevoir, chez tous leurs personnages, un manque d’amour qui appelle profondément le désir d’enfant. L’humour a ici une qualité rare : la sincérité.
Le Monde

Dreams
X


Film d'animation danois de Kim Hagen Jensen
Durée 1h21
A partir de 6 ans


Synopsis :
Emma est une jeune fille qui partage sa chambre avec Coco son cochon d’Inde. Une nuit, dans son sommeil, elle bascule dans un monde merveilleux. Elle découvre alors qu’elle a le pouvoir d’entrer dans le monde des rêves et de changer le futur. Sa vie devient extraordinaire ! Jusqu’au jour où revenir dans le monde réel s’avère plus compliqué que prévu…


En sortir + Eva voudrait
X


En sortir fiction de Thierry Machard – Produit par Les 48e Rugissants Productions durée :22 mn

Eva voudrait fiction de Lisa Diaz – Produit par A Perte de Vue & Paris Brest Productions durée : – 55 mn
PRIX DU PUBLIC Festival Coté court


Synopsis :
En sortir : Un matin, dans une ferme, un homme, un paysan, est ancré dans ses habitudes de travail avec son chien et sa machine. Au premier dysfonctionnement, il écarte le seul être vivant encore présent à ses côtés et s’enfonce encore un peu plus dans sa solitude.

Eva voudrait : Eva, 39 ans, vit seule. Elle voudrait un enfant. Elle n’a peut-être plus beaucoup de temps devant elle. Un gynécologue vient de lui annoncer qu’elle avait une «réserve ovarienne déplorable». Un compte-à-rebours s’enclenche. Mais elle est instinctive, un peu désordonnée et son plan de bataille manque de précision.





Critiques :
Une coproduction A Perte de Vue, Paris Brest Productions, Tébéo, TVR et Tébésud

Avec le soutien de la Région Bretagne et de la Région Pays de la Loire et en partenariat avec le CNC, et avec la participation du CNC.

Le film a été aidé par Bretagne Cinéma : financièrement (Région Bretagne) et accompagnement (Accueil des tournages).

Le tournage s’est déroulé dans le Finistère, à Douarnenez, Langonnet, Carhaix, Rostronen, Poullaouen, en 2018 ; avec des technicien.ne.s, des comédien.ne.s et des prestataires breton.ne.s.

T’as pécho ?
X


Film français de Adeline Picault avec Paul Kircher, Inès d'Assomption, Ramzy Bedia
Durée : 1h38


Synopsis :
Arthur, 15 ans, a un coup de foudre pour Ouassima, qui ne le regarde même pas… Alors que lui n’a jamais pécho, elle sort avec Matt, le beau gosse du collège. Pour s’approcher d’elle, Arthur rassemble une bande de losers célibataires et lui propose de leur donner des cours de péchotage, à 10 euros la leçon. Dans les vestiaires de la piscine, débute alors un long apprentissage intime et collectif sur « les filles et l’amour : mode d’emploi ».


Les Blagues de Toto
X


Film français de Pascal Bourdiaux avec Gavril Dartevelle, Guillaume De Tonquédec, Anne Marivin
Durée : 1h24


Synopsis :
A l’école, Toto est bien plus doué pour faire rire ses copains qu’écouter les leçons de la maîtresse. Avec ses parents aussi, les blagues de Toto se transforment souvent en catastrophes… La dernière en date ? La chute d’une sculpture pendant un évènement organisé par le patron de son père. Mais cette fois-ci, Toto assure qu’il est innocent et refuse d’être accusé d’une bêtise que pour une fois, il n’a pas faite ! Avec ses meilleurs amis, il va mener l’enquête.



Critiques :
Les Blagues de Toto est l'adaptation de la célèbre BD du même créée par Thierry Coppée et vendue à plus de 5 millions d'exemplaires. Le scénario a été imaginé par le duo Leimdo & Restier. "À la lecture, j’ai beaucoup aimé cette très belle histoire de fond sur Toto, cet enfant que tout le monde essaye de faire rentrer dans le moule alors qu’il a sa propre identité, une énergie communicative. Ensuite Mathias Gavary, qui avait écrit Les Profs s’est joint au projet pour enrichir le récit et les situations", confie le réalisateur Pascal Bourdiaux.

La suite du programme sera disponible prochainement.
 
mentions légales
© Toile d'Essai

Ce site vous permet d'accèder à toutes les informations nécessaires pour connaître le tarif, les horaires du jour ainsi que la programmation ds jours suivants. Vous y trouverez également un plan d'accès sur la page INFOS PRATIQUES.