AUJOURD'HUI
Masterclass le Cinéma Fa...
13h45
+ infos
Les yeux sans visage
15h30
+ infos
Radioactive
20h45
+ infos
Masterclass le Cinéma Fantastique - le fantastique peut-il être un genre réaliste?
X
Masteclass animée par Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard Durée : 1h suivie du film Les yeux sans visage Tarif masterclass + film 5 € En partenariat avec Daoulagad Breizh et l'option cinéma du lycée Jean Marie Le Bris Masteclass animée par Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard Durée : 1h suivie du film Les yeux sans visage Tarif masterclass + film 5 € En partenariat avec Daoulagad Breizh et l'option cinéma du lycée Jean Marie Le Bris

Critiques :
le fantastique peut-il être un genre réaliste? Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard proposent aux auditeurs une promenade à suivre une leçon mais aussi à accompagner cette promenade avec des haltes en quelques points de vue remarquables quant à la question posée. Dans le cadre de L’Acid Pop, l’intervention est accompagnée de la projection d’extraits de films. C’est l’esprit de l’opération: pas seulement un discours, mais des exemples et autant d’échappées vers l’histoire du cinéma. C’est un point à aborder entre les intervenants et les auditeurs, pour les implications technique, car les illustrations par les extraits sont décisifs, un peu pour leur valeur de spectacle, et beaucoup comme points d’appui des idées avancées.

Les yeux sans visage
X
Film français de Georges Franju avec Pierre Brasseur, Alida Valli, Edith Scob Durée : 1h28Film français de Georges Franju avec Pierre Brasseur, Alida Valli, Edith Scob Durée : 1h28

Synopsis :
Les Yeux sans visage est une fable d’épouvante tragique et onirique, dans laquelle un savant fou tente de réparer le visage de sa fille en lui greffant la peau de victimes qu’il a kidnappées. Resté célèbre pour la froideur crue de ses scènes d’opérations, le masque frêle d’Edith Scob (qui inspira John Carpenter pour le déguisement de Michael Myers dans La Nuit des masques et Almodóvar pour La piel que habito) plongé dans un noir et blanc désespéré et effrayant, où l’horreur ne se montre pas mais se devine, ce film français invente une grammaire suggestive. Comme quoi, revenir à une certaine forme d’épure permettrait peut-être au cinéma d’horreur de se renouveler. Télérama

Critiques :
Le chirurgien Genessier souhaite remodeler le visage de sa fille Christiane, rendue méconnaissable suite à un accident de voiture, mais pour cela il doit effectuer des greffes de peau qu'il aura prélevée sur des jeunes filles.

Radioactive
X
mentions légales
© Toile d'Essai