x
X


Tout fout le camp
X


Film français de Sébastien Betbeder avec Thomas Scimeca, Jonathan Capdevielle, Léonie Dahan-Lamort
Durée : 1h35
En présence du réalisateur


Synopsis :
Dans une ville du Nord de la France, Thomas, pigiste au journal local, doit faire le portrait d'Usé, musicien atypique et ancien candidat à l'élection municipale. Tandis que les deux hommes apprennent à se connaître, ils découvrent, le corps inanimé de Jojo. Mais ce dernier ressuscite...


Critiques :
Comédie absurde, film de zombie, réflexion politique et drame mélancolique, Tout fout le camp va parfois dans trop de directions, trop vite et avec trop d'entrain. Mais le film réalisé par Sébastien Betbeder reste une comédie à la folie douce pleine de générosité, de sincérité et d'originalité.
Ecran Large

Nayola (vo) (VO)
X


Film d’animation franco portugais de José Miguel Ribeiro - Durée : 1h20 - Séance en partenariat avec Zoom
Bretagne - une co-production JPL films (Rennes) Sélection officielle Festival d’Annecy 2022 -
En présence du réalisateur - en partenariat avec Zoom Bretagne


Synopsis :
Angola. Trois générations de femmes frappées par la guerre : Lelena (la grand-mère), Nayola (sa fille) et Yara (sa petite-fille), le passé et le présent s’entrelacent. Nayola part à la recherche de son mari disparu au plus fort de la guerre. Des décennies plus tard, le pays est enfin en paix, mais Nayola n’est pas revenue. Yara est devenue une adolescente rebelle, chanteuse de rap subversive.


Critiques :
.Nayola suit l’itinéraire de plusieurs générations de femmes dont le destin a été bouleversé par la guerre en Angola, depuis les années 90 jusqu’aux années 2010. On suit plus précisément le parcours de l’héroïne qui donne son nom au film. Nayola mais aussi celui de personnages féminins passionnants. Prix du meilleur film d’animation du 37e festival international du cinéma de Guadalajara au Mexique !

Molière
X


Film de Laurent Tirard, Ariane Mnouchkine avec Alban Casterman, Romain Duris, Fabrice Luchini
Durée : 2h


Synopsis :
En 1644, Molière n'a encore que vingt-deux ans. Criblé de dettes et poursuivi par les huissiers, il s'entête à monter sur scène des tragédies dans lesquelles il est indéniablement mauvais. Et puis un jour, après avoir été emprisonné par des créanciers impatients, il disparaît...


Critiques :
Le bourgeois Fabrice Luchini, la séductrice Laura Morante, le marquis Edouard Baer et la précieuse Ludivine Sagnier se régalent à camper ces archétypes. Mais Romain Duris, dans le rôle-titre, leur vole la vedette. 20 Minutes

Depuis quand l'évocation d'un homme et d'une oeuvre n'avait-elle été, avec talent, humour et émotion, aussi admirablement troussée? Le Parisien

L'île de Black Mor
X


Revoir Paris
X


Film français de Alice Winocour avec Virginie Efira, Benoît Magimel, Grégoire Colin
Durée : 1h45
Présenté à la Quinzaine des réalisateurs Cannes 2022


Synopsis :
A Paris, Mia est prise dans un attentat dans une brasserie. Trois mois plus tard, alors qu’elle n’a toujours pas réussi à reprendre le cours de sa vie et qu’elle ne se rappelle de l’évènement que par bribes, Mia décide d’enquêter dans sa mémoire pour retrouver le chemin d’un bonheur possible.


Critiques :
Sept ans après les attentats parisiens de novembre 2015, Alice Winocour livre un film consolateur et cathartique où elle sonde les âmes trouées des survivants et de leurs proches.

Ouistreham
X


Film français d'Emmanuel Carrère avec Juliette Binoche, Hélène Lambert, Léa Carne
Durée : 1h47


Synopsis :
Marianne Winckler, écrivaine reconnue, entreprend un livre sur le travail précaire. Elle s’installe près de Caen et, sans révéler son identité, rejoint une équipe de femmes de ménage. Confrontée à la fragilité économique et à l’invisibilité sociale, elle découvre aussi l’entraide et la solidarité qui unissent ces travailleuses de l’ombre.


Critiques :
Carrère invente un film ambigu, à la lisière de plusieurs mondes, sur le fil, un film-funambule ouvert à des perspectives vertigineuses. Mais ce qui est peut-être le plus sûrement documenté dans ce long métrage bouleversant et simple à la fois, c’est l’écart, l’étanchéité entre les milieux sociaux, l’écart entre le réel et sa mise en forme artistique, l’écart entre la précarité et ceux qui n’en souffrent pas, l’écart entre deux réalités parallèles, le monde des écrivains et celui des femmes de ménage.
Positif


Sans filtre (vo) (VO)
X


Film suédois de Ruben Östlund avec Harris Dickinson, Charlbi Dean Kriek, Woody Harrelson
Durée : 2h29
Palme d'Or au Festival de Cannes 2022.


Synopsis :
Après la Fashion Week, Carl et Yaya, couple de mannequins et influenceurs, sont invités sur un yacht pour une croisière de luxe. Tandis que l’équipage est aux petits soins avec les vacanciers, le capitaine refuse de sortir de sa cabine alors que le fameux dîner de gala approche. Les événements prennent une tournure inattendue et les rapports de force s'inversent lorsqu'une tempête se lève et met en danger le confort des passagers.


Le Jouet
X


Film français de Francis Veber 1976 avec Pierre Richard, Michel Bouquet, Fabrice Greco
Durée ; 1h35
Dans le cadre du Festival Play it again


Synopsis :
Un milliardaire et son jeune fils se baladent dans un grand magasin, afin de choisir un cadeau. Le choix de l'enfant se porte sur un journaliste, qui va être mis à sa disposition et devenir son jouet.


Critiques :
Des scènes cocasses bien servies par une belle distribution, Pierre Richard, un jeune comédien glaçant de réalité et Michel Bouquet toujours un peu inquiétant. Le film n’a de cesse d’opposer en parallèle les deux facettes: le comique du « Jouet »et la dure réalité de ce qui se joue au sein de notre société. Un film divertissant conserve, plus de quarante ans après sa sortie, sa saveur particulière.

La Maman et la Putain
X


Film français de Jean Eustache avec Bernadette Lafont, Jean-Pierre Léaud, Françoise Lebrun
Durée : 3h40
Dans le cadre du Festival Play it again


Synopsis :
Alexandre, jeune oisif, vit avec (et aux crochets de) Marie, boutiquière sensiblement plus âgée que lui. Il aime encore Gilberte, étudiante qui refuse la demande en mariage qu’il lui fait en forme d’expiation. Il accoste, alors qu’elle quitte une terrasse, Veronika, interne à Laennec. « Je me laisse facilement aborder, comme vous avez pu le constater (…) Je peux coucher avec n’importe qui, ça n’a pas d’importance. » Marie accepte, quoique difficilement, de partager son homme avec elle.


Critiques :
La Maman et la Putain, ce diamant noir du cinéma français, qui transformait à lui seul les essais cumulés de la Nouvelle Vague, fait un retour sur grand écran en version restaurée, après trente ans d’invisibilité (à quelques rares exceptions près). Une scène coupée a même été réintégrée au montage pour l’occasion – à vrai dire un passage assez anecdotique où les personnages vont au cinéma voir Les Idoles (1968), de Marc’O. Accède ainsi au statut de chef-d’œuvre officiel un film qui a si longtemps nourri le dissensus pour ses proportions hors norme, son inspiration libre, son esprit résolument antimoderne et sa façon de filmer à l’os.

Le Monde


Présenté au Festival de Cannes 1973, La maman et la putain y obtint le Grand Prix du Jury même si sa présidente, Ingrid Bergman, avait été choquée par les propos crus des dialogues. Il s’agit du film le plus célèbre de Jean Eustache, enfant doué de la Nouvelle Vague, auteur d’une œuvre en marge du cinéma dominant, et qui avait été remarqué pour le documentaire La rosière de Pessac. La durée du film, exceptionnellement longue pour un récit intimiste, ne comprend pourtant aucun plan de trop et se justifie pleinement par l’évolution psychologique des personnages principaux dont Alexandre, cet éternel adolescent à qui Jean-Pierre Léaud prête son caractère lunaire et volubile, à l’image de l’Antoine Doinel de Truffaut auquel on ne cesse de penser pendant ces 3h30. Il y a un côté proustien dans cette durée, ne serait-ce que par la figure de l’ancien amour, prénommée Gilberte, qui ouvre l’histoire et devient un élément récurrent de la narration, longue série de dialogues, souvent en plans séquences et fixes, depuis des retrouvailles dans un café à une déclaration en mariage. Car l’on parle beaucoup dans La maman et la putain, même si la composition des plans est prépondérante, comme si Eustache synthétisait les démarches de Rohmer avec celles de Godard ou Pialat. On y parle de ses états d’âme et des problèmes de l’air du temps, mais avec des conventions de langage d’un autre siècle : le vouvoiement est de mise entre Alexandre et Marie (Bernadette Lafont), entre Alexandre et Veronika (Françoise Lebrun), mais les deux femmes, pourtant rivales, se tutoient, comme si la complicité féminine l’emportait sur les rapports de conflit amoureux avec un dandy indécis. La sexualité, dont l’avortement (encore interdit pendant un an à la sortie du film), y est abordée en toute liberté, ce qui rattache ici le film à tout un courant du cinéma français de l’époque, de La grande bouffe aux Valseuses.
Avoiràlire.com

Libre Garance !
X


Film français de Lisa Diaz avec Laetitia Dosch, Lolita Chammah, Grégory Montel, Azou Gardahaut Petiteau, Jeanne Vallet de Villeneuve
Durée : 1h36
Le 10 octobre la réalisatrice Lisa Diaz sera présente aux deux séances


Synopsis :
C’est l’été 82. Garance a onze ans et vit dans un hameau reculé des Cévennes où ses parents tentent de mener une vie alternative. Quand deux activistes italiens braquent une banque dans les environs, cela tourne mal. Cet évènement vient chambouler la vie de Garance et de sa famille…


Critiques :
Installée à Douarnenez, Lisa Diaz tourne l'été dernier Libre Garance ! en Lozère, mais emmène dans ses valises une équipe bretonne. Azou Gardahaut-Petiteau, le jeune actrice qui campe l'héroïne Garance, vient de Douarnenez, comme une bonne partie des enfants du films et de l'équipe technique.

C'est aussi à Douarnenez qu'a été monté le film d'une heure et 37 minutes, par Julien Cadilhac, du pôle audiovisuel Douarnenez-Cornouaille.

Chronique d'une liaison passagère
X


Film français de Emmanuel Mouret avec Sandrine Kiberlain, Vincent Macaigne, Georgia Scalliet
Durée : 1h40


Synopsis :
Une mère célibataire et un homme marié deviennent amants. Engagés à ne se voir que pour le plaisir et à n’éprouver aucun sentiment amoureux, ils sont de plus en plus surpris par leur complicité…


Critiques :
Badin et délicat, ce nouvel opus d’Emmanuel Mouret est une très belle fable sur le désir, l’amour et la vacuité humaine.
Chronique d’une relation passagère est un film français conçu pour divertir intelligemment. La direction d’acteurs est tout juste formidable, semblant laisser les comédiens réécrire une histoire qu’ils auraient pu vivre ensemble. Mouret opte pour la délicatesse d’un piano pour accompagner ces jolis tourments amoureux, quand il ne cède pas à l’épaisseur d’un orchestre symphonique. En tous les cas, on a beaucoup de plaisir à suivre ces deux comédiens à Paris, en proche banlieue ou au milieu des forêts. Les relations sexuelles ne sont jamais montrées. Les dialogues décrivent les diverses expériences sexuelles ou amoureuses qu’ils ont connues, avec un grain de malice et de tendresse. Et le spectateur sourit souvent de ces joutes verbales, avec la complicité assumée que finalement, ce qu’ils éprouvent n’est pas très éloigné de la vraie vie des couples.
Avoiràlire.com

L'Energie positive des dieux
X


Documentaire de Laetitia Møller
Durée : 1h 10min
Le vendredi 30 septembre séance en présence du musicien Arthur Barlett Gilette


Synopsis :
Leur musique est une déferlante de rock électrique. Leurs textes assènent une poésie sauvage. Accompagnés de quatre musiciens, Stanislas, Yohann, Aurélien et Kevin sont les chanteurs du groupe Astéréotypie. Issus d’un institut médico-éducatif accueillant de jeunes autistes, ils dévoilent sur scène leurs univers détonants, encouragés par Christophe, un éducateur plus passionné d’art brut que de techniques éducatives. Leur aventure collective est un cri de liberté.


Critiques :
On ressort de ce film vivant, direct, sans chichi, dépourvu de tout pathos, avec le sentiment joyeux et bouleversant – même si l’on sait que le propre du cinéma est que regarder l’autre nous met en empathie avec lui – d’être lié·e avec quatre belles personnes.
Les inrockuptibles

Reader player one (vo) (VO)
X


Film américain de De Steven Spielber avec Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn
Durée : 2h20


Synopsis :
2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l'OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l'œuf de Pâques numérique qu'il a pris soin de dissimuler dans l'OASIS. L'appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu'un jeune garçon, Wade Watts, qui n'a pourtant pas le profil d'un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…


Le secret derrière la porte (vo) (VO)
X


Film américain de Fritz Lang avec Anabel Shaw, Rosa Rey, Paul Cavanagh
Durée : 1h39


Synopsis :
Celia Barrett, riche héritière, rencontre pendant des vacances à Mexico Mark Lamphere, qu'elle épouse aussitôt.

Mais le soir des noces, son mari la quitte brusquement, sans aucune raison apparente. La jeune femme va peu à peu réaliser que celui qu'elle a épousé est un homme bien étrange..


Tout le monde aime Jeanne
X


Film français de Céline Devaux avec Blanche Gardin, Laurent Lafitte, Maxence Tual
Durée : 1h35
Semaine de la critique Festival de Cannes 2022


Synopsis :
Tout le monde a toujours aimé Jeanne. Aujourd’hui, elle se déteste. Surendettée, elle doit se rendre à Lisbonne et mettre en vente l’appartement de sa mère disparue un an auparavant. À l’aéroport elle tombe sur Jean, un ancien camarade de lycée fantasque et quelque peu envahissant.


Critiques :
La touche humoristique de Cécile Devaux doit beaucoup aux séquences dessinées qui représentent les conflits intérieurs du personnage de Jeanne et les injonctions contradictoires entre lesquelles elle hésite. Le scénario, à travers notamment les profils psychologiques des personnages, est bien écrit. Un film tragi-comique qui doit beaucoup à la prestation de Blanche Gardin.

Rodeo
X


Film français de Lola Quivoron avec Julie Ledru, Yanis Lafki, Antonia Buresi
Durée : 1h45


Synopsis :
Julia vit de petites combines et voue une passion dévorante, presque animale, à la pratique de la moto. Un jour d’été, elle fait la rencontre d’une bande de motards adeptes du cross-bitume et infiltre ce milieu clandestin, constitué majoritairement de jeunes hommes. Avant qu’un accident ne fragilise sa position au sein de la bande...


Critiques :
D'un scénario relativement concis et linéaire, la réalisatrice tire une bouillonnante chronique sociale, flirtant avec le thriller lorsque la violence rôde. Électrique et vrombissant, le film réjouit lorsqu'il se focalise sur les interactions entre sa protagoniste et ces hommes pour qui la présence d'une femme était contraire à leur ordre. Mais en ridant à leur côté, elle va d'abord se faire une place en tant que « frère », avant de réussir à s'imposer par sa personnalité, celle d'une ado ayant dû grandir trop vite, rejetée par sa famille et moquée pour ses hobbies. Sorte de croisement entre "Fast and Furious" et "Divines", "Rodéo" révèle aussi une actrice, Julie Ledru, ainsi que tout un groupe de comédiens débutants. La rage et l'énergie de l'ensemble font vite oublier les défauts de la première œuvre et la maîtrise plus imparfaite des sous-intrigues au-delà de l'asphalte, maintenant le spectateur en apnée. Un début de carrière sur les chapeaux de roues !

Le Tigre qui s'invita pour le thé
X


L'Odyssée de Choum
X


Programme de films d'animation de Julien Bisaro, Sonja Rohleder, Carol Freeman
Durée : 38 mn


Synopsis :
Choum, la petite chouette vient juste d’éclore lorsque la tempête la pousse hors du nid. Faisant rouler le second oeuf de la nichée, la voilà qui s’élance contre vents et marées, bien décidée à trouver une maman...

Programme composé de :

- L'ODYSSÉE DE CHOUM de Julien Bisaro (France-Belgique, 2019, 26 min, animation 2D)
Choum, la petite chouette, vient juste d’éclore lorsque la tempête renverse l’arbre qui l’abritait. Tombée du nid, la voilà qui s'élance cahin-caha poussant le second œuf de la nichée à la recherche d’une maman...
- LE NID (NEST) de Sonja Rohleder (Allemagne, 2019, 4 min, animation 2D) :
Dans la nuit, un drôle d’oiseau solitaire, un oiseau de paradis, est à la recherche d’une âme soeur. Pour attirer l’attention d’un nouveau partenaire, il effectue une parade nuptiale.
- L'OISEAU ET LA BALEINE (THE BIRD AND THE WHALE) de Carol Freeman (Irlande, 2019, 7 min, peinture sur verre) :
Repoussé par les siens car il ne sait pas chanter, un baleineau erre dans l’océan et brave de nombreux dangers. Lorsqu’il remonte à la surface, il rencontre un oiseau en cage, seul rescapé d’un naufrage. L’oiseau lui, chante merveilleusement bien...


Critiques :
Que ce soit pour la qualité de leurs musiques, leur beauté graphique ou encore la puissance et la simplicité de leurs sujets, "L’Odyssée de Choum" et les deux courts qui l’accompagnent valent le déplacement. Un modèle dans le genre, qui comblera petits et grands.

Le Cerf-volant du bout du monde
X


Film de De Roger Pigaut, Wang Kia-Yi
Durée : 1h22


Synopsis :
Apres avoir trouvé un cerf-volant appartenant à un jeune Chinois de douze ans, Pierrot et sa soeur Nicole vivent des aventures fantastiques à Pekin.


Plan 75 (vo) (VO)
X


Film japonais de Chie Hayakawa avec Chieko Baishô, Hayato Isomura, Stefanie Arianne
Durée : 1h52


Synopsis :
Au Japon, dans un futur proche, le vieillissement de la population s’accélère. Le gouvernement estime qu'à partir d’un certain âge, les seniors deviennent une charge inutile pour la société et met en place le programme « Plan 75 », qui propose un accompagnement logistique et financier pour mettre fin à leurs jours. Une candidate au plan 75, Michi, un recruteur du gouvernement, Hiromu, et une jeune aide-soignante philippine, Maria, se retrouvent confrontés à un pacte mortifère.


Critiques :
Chie Hayakawa, la réalisatrice, signe une œuvre bouleversante (...).
La Croix

Magnifique et bouleversant, terrible par moments, ce premier long-métrage, récompensé d’une mention à la Caméra d’or à Cannes en 2022, nous saisit par l’atroce situation qu’il décrit.
Le Parisien

Les Secrets de mon père
X


Film d'animation de Véra Belmont
Durée : 1h 14


Synopsis :
Dans les années 60, en Belgique, Michel et son frère Charly vivent une enfance heureuse dans leur famille juive. Leur père, taiseux et discret, ne livre rien de son passé. Les deux frères l’imaginent en grand aventurier, pirate ou chercheur de trésors… Mais que cache-t-il ?



Pour la vie
X


Long métrage documentaire réalisé par Sandra Blondel et Pascal Hennequin - 1h31 - DCP




Synopsis :
500 ans après la conquête du Mexique par les Espagnols, les zapatistes, peuples indigènes insurgés du Chiapas, font le trajet inverse pour à leur tour envahir l’Europe, mais cette fois-ci, de manière consensuelle.
Envoyé en reconnaissance, l’Escadron 421, arrivé par la mer à bord de la Montaña, débarque en Espagne et rebaptise le vieux continent « Terre Insoumise ». Une délégation aéroportée, plus massive cette fois, prend ensuite le relais pour rencontrer celles et ceux qui luttent «en bas à gauche» contre «l’hydre capitaliste».




Critiques :
Ce film documente certaines étapes du Voyage pour la vie des zapatistes et raconte depuis le collectif « Dzln » de Douarnenez en Bretagne, comment des militant.e.s de toute l’Europe vont s’organiser, avec leurs différences et divergences, pour accueillir ce voyage et ces échanges inédits.

Les Enfants des autres
X


Film français de Rebecca Zlotowski avec Virginie Efira, Roschdy Zem, Chiara Mastroianni
Durée : 1h43
En compétition Mostra de Venise 2022


Synopsis :
Rachel a 40 ans, pas d'enfant. Elle aime sa vie : ses élèves du lycée, ses amis, ses ex, ses cours de guitare. En tombant amoureuse d’Ali, elle s’attache à Leila, sa fille de 4 ans. Elle la borde, la soigne, et l’aime comme la sienne. Mais aimer les enfants des autres, c’est un risque à prendre……


Critiques :
Avec Les Enfants des autres, Rebecca Zlotowski a voulu se pencher sur une situation peu racontée, mais qu’elle estimait digne de l’être : celle d’une belle-mère. Ce lien qui unit une femme aux enfants d’un autre n’a pas de nom (on ne parle pas de "belle-maternité") et n’est pas représenté à l’écran. Il y a d’un côté la marâtre, héritée des contes de fées, et de l’autre la belle-mère débordée des familles recomposées des comédies romantiques.

Tori et Lokita
X


Film belge de Luc Dardenne, Jean-Pierre Dardenne avec Pablo Schils, Joely Mbundu, Alban Ukaj
Durée : 1h28
Prix du 75e anniversaire Festival de Cannes 2022


Synopsis :
Aujourd’hui en Belgique, un jeune garçon et une adolescente venus seuls d’Afrique opposent leur invincible amitié aux difficiles conditions de leur exil.


Critiques :
Les frères Dardenne parviennent à frapper encore avec ce récit épuré et prenant de deux jeunes migrants. L’une des grandes réussites de Cannes 2022. Lori et Lokita n’en demeure pas moins une œuvre forte. Les réalisateurs parviennent toujours à entretenir une réelle complicité avec la caméra et capter l’attention du public avec une économie de moyens louable, notamment dans les scènes à tonalité de film policier, tout en véhiculant leur propos humaniste sans didactisme ni lourdeur. Tori et Lokita est donc pleinement cohérent dans leur filmographie et les fans des frères Dardenne ne devraient pas être déçus.

Coup de théâtre (vo)
X


Film anglais de Tom George avec Sam Rockwell, Saoirse Ronan, Adrien Brody
Durée : 1h38


Synopsis :
Dans le West End des années 50 à Londres, la préparation de l’adaptation cinématographique d’une pièce à succès est brutalement interrompue par le meurtre de son réalisateur hollywoodien. En charge de l’enquête, l’inspecteur Stoppard - blasé et revenu de tout - et l’agent Stalker - une jeune recrue du genre zélée - se retrouvent plongés au cœur d’une enquête dans les coulisses à la fois glamour et sordides du théâtre. Ils vont tenter d’élucider ce crime bien mystérieux à leurs risques et périls...


Critiques :
Dans la lignée d’À couteaux tirés de Rian Johnson et des variations françaises Le Crime est notre affaire et Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, Coup de théâtre rappelle que le crime est bien sur une affaire de suspense et de frissons mais peut aussi être une histoire de rires.
Le Figaro

L'Innocent
X


Film français de Louis Garrel avec Roschdy Zem, Anouk Grinberg, Noémie Merlant
Durée : 1h28


Synopsis :
Quand Abel apprend que sa mère Sylvie, la soixantaine, est sur le point de se marier avec un homme en prison, il panique. Épaulé par Clémence, sa meilleure amie, il va tout faire pour essayer de la protéger. Mais la rencontre avec Michel, son nouveau beau-père, pourrait bien offrir à Abel de nouvelles perspectives…


Critiques :
Louis Garrel a muri. Il offre un quatrième long-métrage défait enfin d’un certain parisianisme bourgeois pour se centrer sur une série de personnages lyonnais, comme la vie sait parfois nous en réserver. Qui plus est, le comédien et cinéaste s’engage sur le terrain glissant de la comédie. On sait combien il est difficile de faire rire sans tomber dans le ridicule, la caricature ou la grossièreté. L’Innocent est au contraire un long-métrage conçu tout en nuance et délicatesse, où les rebondissements offrent un point de vue qui hésite entre la théâtralité et le cinéma.

Stranger than paradise (vo) (VO)
X


Film américain de Jim Jarmusch avec John Lurie, Eszter Balint, Richard Edson
Durée : 1h28


Synopsis :
Willie, un émigré hongrois, mène aux Etats-Unis une existence marginale de flambeur, autour des tapis verts des casinos ou sur les champs de course. Obsédé par le souci de refouler ses origines étrangères, il se pose devant Eddie, son compagnon de jeu, en Américain de longue date. Lorsque sa tante Lotte lui demande d'héberger, pour quelques jours, sa cousine Eva, une jeune fille de 16 ans fraîchement arrivée de Hongrie, Willie commence par se rebiffer devant le rappel trop évident de son passé.


Critiques :
Stranger Than Paradise marque en 1984 la véritable naissance de Jarmusch qui se trouve récompensé pour ce poème en noir et blanc intimiste par la Caméra d’or au Festival de Cannes. Co-produit par l’Allemagne, le film de Jarmusch ressemble de prime abord à un cousin américain des oeuvres de Wim Wenders (il a été assistant réalisateur sur Nick’s Movie). Impression vite oubliée tant l’humour singulier du film, sa nonchalance non feinte, n’appartiennent qu’à leur auteur. Jarmusch a une manière bien à lui de dépeindre l’errance de ses personnages, le mal-être, voire la dépression, sans jamais tomber dans le pathos. C’est par petites touches, en s’attachant à des gestes à peine esquissés, à des corps qui se rapprochent mais ne se touchent pas, que Jarmusch exprime les rapports d’amour ou d’amitié de ses personnages. Tout le film est ainsi : sensible, juste, ténu, discret. Il y a des éclats de rires, des moments d’émotion et de tension, mais le tout est comme ouaté. Le scénario fait dans la miniature, pour ne pas dire le minimalisme. Et pourtant, Jarmusch nous parle de mille choses : de l’Amérique, de l’immigration, du système, de la vie en dehors du système, de l’amitié...

Le noir et blanc, signé Tom Dicillo (qui deviendra par la suite réalisateur) est d’une incroyable beauté. Les silhouettes des personnages tous de noir vêtus se découpent sur des paysages enneigés ou des lacs gelés, surgissent de la brume. Les travellings de Jarmush sont déjà là, impérieux, équivalents cinématographiques parfaits de la notion d'errance. Une manière de se placer, comme les personnages, à la surface des choses, du monde, en observateur discret des petits et des grands maux de la société. Façon aussi de survoler une existence qu’on ne souhaite pas incarner pleinement. Le noir et blanc renforce l’aspect fantomatique des personnages, fantômes pour la société américaine, car incapables de répondre aux injonctions de l’American Way of Life, fantômes pour eux-mêmes dans leur difficulté à s’impliquer dans le monde, dans la vie, dans une relation à l’autre. Ce n’est pas tant que Willie (John Lurie) et Eddie (Richard Edson, premier batteur des Sonic Youth) soient des adeptes de Camus ou Sartre, c’est plutôt qu’ils ne savent pas trop comment faire avec le monde. Willie joue à l’américain : il aime le base-ball, se nourrit de plateaux télé, mais ça ne colle pas vraiment. Comme le fait remarquer Eva, une cousine venue comme lui de Hongrie et qui squatte son appartement, pourquoi manger ces plateaux télé alors même qu’il n’a pas de poste de téléviseur ?

Feu Follet (vo) (VO)
X


Film portugais de João Pedro Rodrigues avec Mauro Costa, André Cabral, Joel Branco
Durée : 1h07


Synopsis :
Sur son lit de mort, Alfredo, roi sans couronne, est ramené à de lointains souvenirs de jeunesse et à l'époque où il rêvait de devenir pompier. La rencontre avec l'instructeur Afonso, du corps des pompiers, ouvre un nouveau chapitre dans la vie des deux jeunes hommes plongés dans l'amour et le désir, et à la volonté de changer le statu quo.


Critiques :
Il y a dans ce film l’idée d’une liberté possible, retrouvée, ou tout simplement à inventer. Celle de notre envie à chacun·e, aux cinéastes, aux comédien·nes, aux spectatrices et spectateurs, de jouir des codes et de renouer avec l’inattendu.
Les Inrockuptibles

Sur un socle libertaire, le cinéaste fait tenir l’urgence climatique, le conflit de générations, l’humour décolonial, défiant le passé impérialiste du Portugal. Cela donne une drôle de sculpture, baroque et païenne, un fantasme offert aux dieux de l’absurde.
Libération


Le Petit Nicolas - Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?
X


Film d'animation de Amandine Fredon, Benjamin Massoubre avec les voix de Laurent Lafitte, Alain Chabat, Simon Faliu
Durée : 1h22


Synopsis :
Penchés sur une large feuille blanche quelque part entre Montmartre et Saint-Germain-des-Prés, Jean-Jacques Sempé et René Goscinny donnent vie à un petit garçon rieur et malicieux, le Petit Nicolas. Entre camaraderie, disputes, bagarres, jeux, bêtises, et punitions à la pelle, Nicolas vit une enfance faite de joies et d’apprentissages. Au fil du récit, le garçon se glisse dans l’atelier de ses créateurs, et les interpelle avec drôlerie. Sempé et Goscinny lui raconteront leur rencontre, leur amitié, mais aussi leurs parcours, leurs secrets et leur enfance.


Pierrot le fou
X


Au jour le jour, à la nuit la nuit
X


Documentaire de Anaëlle Godard
Durée : 1h25


Synopsis :
La clinique de La Borde, fondée en 1953 par Jean Oury dans le courant de la "psychothérapie institutionnelle", représente une expérience radicale dans le champ psychiatrique. Lieu de vie et de soin, La Borde reste une référence unique dans la conception et la prise en charge de la folie. C’est aussi le lieu où j’ai passé mon enfance, à la garderie avec les enfants des soignants. Lorsque je reviens dans ce paysage familier, je reconnais une musique singulière portée par des mots, mélodie d’un dialecte local. De simples mots, mais qui convoquent un monde, disent l’essence de ce lieu. En explorant le "Ritz", "le poulailler", "l’orange-accueil", ce sont les lieux qui se mettent à raconter ce qui ne cesse de s’inventer dans cet espace incroyablement vivant.


Memories (vo) (VO)
X


Film d'animation de Koji Morimoto, Tensai Okamura, Katsuhiro Ôtomo
Durée :


Synopsis :
Memories est un film d'animation japonais en trois parties (sketchs), tiré du manga de Katsuhiro Ōtomo sorti sous le nom Kanojo no Omoide (Ses souvenirs).

Magnetic Rose
: Une équipe de cosmonautes chargée de « nettoyer » les débris flottants dans l'espace reçoit un appel à l'aide en provenance d'une station spatiale a priori inhabitée. Ils y découvrent une intelligence artificielle tourmentée…

Stink Bomb : Dans une ville paisible, un jeune scientifique en laboratoire pharmaceutique sérieusement enrhumé prend ce qu'il croit être un médicament, et se transforme en arme chimique des plus efficaces… Rappelé par sa direction, qui ne sait rien de son véritable état, il est chargé d'une mission de la plus haute importance : leur ramener les documents de recherche d'un projet gouvernemental, à Tokyo…
Cannon Fodder met en scène une ville dont la vie des habitants est entièrement dévouée à l'entretien et à « l'utilisation » des canons démesurés qui surplombent les toits de la cité. L'histoire, relativement courte, est racontée comme vue par les yeux d'une famille dont la vie est effectivement centrée sur ces canons qui peuplent la ville.


Critiques :
Le film est une véritable prouesse : Otomo choisit de se passer du montage (et donc du langage cinématographique) pour inventer une animation autonome, un monde en forme de machine infernale dont les espaces s’emboîtent les uns dans les autres comme autant de poupées gigognes.
Le Monde

Avec Memories, Katsuhiro Otomo achève sa transition du manga vers l'animation, déjà largement entamée quelques années auparavant, en 1987 avec Akira. Grâce à la complicité de deux autres monstres sacrés de l'animation japonaise, Koji Morimoto et Tensai Okamura, il nous livre un triptyque surréaliste, forcément mâtiné d'une couche de science-fiction. Sous la direction magistrale de ces trois immenses talents, les studios MadHouse et 4°C donnent vie à trois histoires tirées du manga du même nom, lui aussi écrit et dessiné par Katsuhiro Otomo. Les plans fusent, plus fous les uns que les autres, dans un déploiement de maîtrise technique et stylistique qui ont marqué l'histoire de l'animation contemporaine.

L'Evénement
X


Film français de Audrey Diwan d’après le roman d’Annie Ernaux avec Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet Klein, Luàna Bajrami
Durée : 1h40


Synopsis :
France, 1963. Anne, étudiante prometteuse, tombe enceinte. Elle décide d’avorter, prête à tout pour disposer de son corps et de son avenir. Elle s’engage seule dans une course contre la montre, bravant la loi. Les examens approchent, son ventre s’arrondit.


Critiques :
Avec un dispositif sobre et millimétré, Audrey Diwan capte avec force l'anxiogène et étouffante bataille de son héroïne en muant, peu à peu, son drame social en film de résistance : celle d'une femme livrée à elle-même. Un véritable uppercut.
Ecran Large

lun 26 septembre Pas de séance prévue du film séléctionné
mar 27 septembre 18h00
DP
Chronique d'une liaison passagère
La suite du programme sera disponible prochainement.
 
mentions légales
© Toile d'Essai

Ce site vous permet d'accèder à toutes les informations nécessaires pour connaître le tarif, les horaires du jour ainsi que la programmation ds jours suivants. Vous y trouverez également un plan d'accès sur la page INFOS PRATIQUES.